Chrysoperla lucasina : le prédateur de la pyrale du buis !

Pour lutter contre la pyrale du buis, une des solutions efficaces est l’utilisation d’un produit à base de la bactérie Bacillus thuringiensis. Mais ce bioinsecticide peut engendrer une résistance à force d’utilisation massive, de plus sa sensibilité aux hautes températures limite son usage. Le parasitisme des œufs par des micro-guêpes du genre Trichogramma donne des résultats intéressants mais pas suffisants pour régler définitivement les problèmes posés par ce ravageur. D’où l’intérêt de compléter ces solutions par un prédateur naturel de la pyrale : les larves de Chrysoperla lucasina.

Les larves de Chrysoperla lucasina : la solution biologique pour réguler la pyrale

Des tests réalisés par l’INRAE ont démontré que les larves de chrysopes dévorent les chenilles de la pyrale du buis. Ces prédatrices consomment jusqu’à 80 % des chenilles et des œufs du papillon présents sur les buis et ce pendant une dizaine de jours. En laboratoire, la larve de cette chrysope est capable de consommer 400 œufs et 50 chenilles au cours de son développement. Insensibles aux hautes températures, elles mangent autant à 25 °c qu’à 35 °c. Cet atout n’est pas négligeable car la pyrale est active de mai à octobre avec un pic d’infestation en juillet-août. Il peut y avoir 2 à 3 générations de pyrale par an. Mais là encore, la capacité des larves de chrysope à manger autant les œufs que les chenilles, permet de réguler les ravageurs. Enfin, elles sont capables de se déplacer que ce soit au sol ou en hauteur à plus de 5 m.

Pourquoi cette espèce de chrysope ?

Les larves de Chrysoperla lucasina sont déjà commercialisées pour d’autres usages. Des inventaires et une expérimentation poussés autours de différents prédateurs ont permis aux chercheurs de l’INRAE d’Antibes de mettre en évidence l’intérêt de cette espèce déjà présente dans les buxaies françaises.

Quand les lâcher et en quelle quantité ?

La pose de pièges à phéromones détermine les pics de vol de la pyrale ainsi que l’observation du développement des chrysalides dans les buis.
Une dizaine de jours après avoir capturé les premiers papillons adultes, lâcher une dose de 1500 larves pour 0,5 m3. Les chrysopes seront lâchées sur le deuxième pic de vol.

Comment les favoriser au jardin ?

Les chrysopes resteront dans votre jardin si vous y plantez des achillées, des bleuets, de la bourrache ou de la nielle. Les adultes raffolent du nectar et du pollen des fleurs. Ils se reproduiront ensuite en consommant les larves de pyrale et continueront ainsi à protéger vos buis.

N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez en commander ou pour plus de renseignements sur ce produit

chrysoperla-lucasina-adulte

Crédit photo : Koppert